Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Flash info

Le Brésil, c'est fini pour nous...

Une décision soudaine et qui ne nous apparenait pas mais qu'on a dû suivre. Bref, on est de retour sur Montpellier, content de nous rapprocher de nos familles et amis, mais avec un petit goût d'inachevé quand on pense à notre aventure brésilienne et une affection certaine pour ce pays. Une chose est sûre, on y retournera!

Tu Cherches Quoi?

Au rythme de Belem...

The WeatherPixie

Carrière de petite voix!

Me voilà maintenant star de la télé belémoise, enfin... ma voix et mon charmoso accent français!!
Je vous laisse découvrir França.pa (à chercher dans le volet déroulant "CATEGORIAS")
Eh, y a même certaines paires d'oreilles qui me reconnaissent!...

Cocktail de fruits, joli joli!

Bien aidés par la diversité et l'exotisme des fruits ici, on a testé plusieurs combinaisons dont on vous souffle la composition...
  • mangue pomme kiwi
  • pastèque menthe
  • ananas menthe
  • ananas basilic
  • mangue passion
  • mangue ananas
  • banane orange passion
  • banane pomme passion
  • banane kiwi
  • mangue coco passion
N'oubliez pas les glaçons! Et qu'est-ce qu'on dit? Merci les Agros!!

Bem-vindos e boa viagem!

On rempile pour l'Amérique du Sud, mais dans un autre pays qui, pour défier nos bosses bien roulées de globetrotteurs, fait exception au monopole de l'espagnol dans la région! Donc nouvelle langue, mais aussi nouvelle culture: un sacré patchwork avec, il paraît, des pièces portant des couleurs bien de chez nous... On reste aussi collé à la chaleur tropicale, mais que l'on expérimente cette fois au cœur des tropiques, juste sous l'équateur. Et puis on s'était déjà échoué sur un territoire de plus de 4000 km de long, mais cette nouvelle histoire se corse là encore: il faut remettre autant de km dans la largeur! Bref, le brésil annonce beaucoup d'inconnu et un peu de familier, mais de toute façon un cocktail inédit, et dieu sait si les cocktails brésiliens sont réputés!...

Une grande nouveauté tout de même: on s'est déjà envolé pour quelques temps mais jamais sans date de retour! Quel sentiment étrange de partir sans savoir combien de temps, sans connaître le prochain retour... et c'est une précieuse consolation que de découvrir vos réactions enthousiasmées quand résonne le nom du Brésil! Voyager pour nous n'a jamais rimer avec s'éloigner, d'où l'envie presque immédiate de rentrer, d'où le désir de vous accueillir, d'où le besoin de vous avoir toujours d'une certaine façon avec nous, d'où ce blog!

Voici toute notre amitié dans les rouages du net pour vous amuser, vous intriguer, vous balader, vous allécher, ou encore vous étonner! On compte sur vous pour nous faire partager aussi vos réactions, vos vies et vos envies...

 

16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 01:53

Feliz Círio! Tout le monde s'embrassait au son de ces mots dimanche, c'est un peu comme notre joyeux noël, avec peut-être encore plus de poids et d'émotion dans la voix des gens...


Voilà, on a vécu le Círio de Nazaré. Enfin, pour être plus exacte, on a vécu la grande procession du Círio, celle qui attire le plus de monde, mais c'est pas fini! Les 2 prochaines semaines sont encore animées par ci par là de messes, de processions ou de bénédictions diverses et variées, pour les enfants, la jeunesse, et même pour les cyclistes! Et puis le point final ne sera que le 27 octobre avec le Recírio. C'est comme pour la belote et rebelote, on aura une reprocession!


Un peu d'histoire... c'est une fête qui est célébrée depuis plus de 300 ans! Tout a commencé en 1700, quand un indien découvre une vierge dans la forêt et décide de l'emporter chez lui. Quelle ne fut pas sa surprise, le lendemain matin, de constater que la vierge avait disparu et de la retrouver strictement à l'endroit où il l'avait découverte la veille. Et malgré toutes ses tentatives suivantes pour garder la vierge chez lui, celle-ci retourne immanquablement et mystérieusement à sa place. Pas aussi têtu que ça, l'indien finit par réaliser le pouvoir de la vierge. Alors il décide de construire une petite chapelle à l'endroit même où il l'avait trouvée (endroit qui est aujourd'hui dans Belem, pas très loin de chez nous d'ailleurs!) et où des milliers de gens viendront chercher les grâces et les miracles de la vierge. Des pèlerinages nombreux mais pas encore organisés en une seule et grande marche. Le premier Círio nait en fait en 1793, à l'initiative du gouverneur portugais de la région qui, impressionné par tant de dévotion pour cette vierge, organise une grande fête publique pour son peuple. Certains plus rationnels et plus cyniques y voient là une fête créée par les missionnaires jésuites dans le but de marquer et d'attirer les indiens au catholicisme. A vous de voir...



Et pourquoi la vierge s'appelle-t-elle Nossa Senhora de Nazaré? Et bien élémentaire mon cher Pierrot, parce que la statue aurait été sculptée à Nazareth, en Galilée, et aurait été perdue dans la colonisation du Brésil après avoir accompli des miracles dans le Portugal médiéval.



Mais tout ça ne vous en dit pas long sur l'événement en soi, hein? J'y viens, j'y viens... Essayez un peu d'imaginer: environ 2 millions de personnes dans les rues, venues de partout, pour 4,5 km de procession qui sont parcourus en 6 à 7 heures!! C'est aussi lent parce que la vierge, dans sa "Berlinda" ornée de fleurs, progresse par à-coups à l'extrémité de quelques 450 m de corde, entourés d'une gaine de mains et tirés par 2 rangées de courageux fidèles pieds nus, compressés les uns contre les autres, reposés les uns sur les autres, n'étant plus qu'un tout mouvant sous les pressions de la foule à chaque extrémité. Il y a une première Transladação le samedi soir, et puis ils remettent ça en sens inverse le dimanche matin pour la Processão, sous plus de 30° sans compter la chaleur humaine. Ce sont eux les véritables survivants!



Tout un monde s'affaire autour de ces deux cordes humaines:

  • les pousseurs et les tireurs en tête de corde pour initier une vague de mouvement,
  • les arroseurs et les ventilateurs pour rafraichir les cordistes,
  • les ravitailleurs et les nettoyeurs de pieds pour prendre soin d'eux,
  • les chanteurs, les chorales et les artificiers pour leur redonner courage,
  • les relayeurs pour combler les trous,
  • les évacuateurs et leurs brancards pour ramasser ceux qui sont arrivés au bout d'eux-mêmes.


Le jeu de force au niveau de la tête de la corde...
(C'est un peu long à charger, patience...
et à la fin, ça vous propose d'autres vidéos qui ne sont pas les nôtres)


Mais parfois, sous trop de pression, la corde casse! C'est ce qui est arrivé le dimanche matin, juste sous nos yeux, alors que nous étions bien confortablement postés sur un balcon (hé hé, on a déjà nos entrées à Belém!!). La procession lente et solennelle devient alors une pagaille monstre... Entre ceux qui se castagnent pour arriver à garder quelques filaments de la corde qu'ils tenaient, et ceux qui, jusqu'auboutistes, emmènent en courant avec une énergie surréaliste leur petit bout de corde vers l'arrivée de la procession! Et bien les encore-encordés ont bien du mal à reprendre leur route, mais bonne nouvelle, plus la corde est courte et plus le cortège avance vite!



Et puis, vous savez, "A la vierge, on peut tout lui demander" nous dit-on. Un bracelet du Círio, c'est 3 nœuds et 3 vœux. Voir la vierge arriver, encore un vœu. Toucher la corde, un autre vœu! Et visiblement ça marche: certains suivent la procession avec une maquette de la maison que la vierge leur a offerte!! On pourrait peut-être leur emprunter leur vierge pour résoudre la crise du logement chez nous,non?



En tout cas, voir tant de dévotion, de ferveur, de souffrance, de certitude, de communion...c'est incroyable, c'est très impressionnant et très fort émotionnellement. Mais ça reste très long, trop long pour certains!...



Repost 0
Published by Laure & Pierre - dans Le Brésil en fêtes
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 17:01
On a bien eu quelques aperçus de ce qu'est cette fête et de son ampleur démentielle, mais rien ne vaut le récit de survivants! Et puis même si nos brésiliens ont beaucoup de mal à se contenir et patientent tant bien que mal en s'autorisant quelques feux d'artifices ou pétarades de "préchauffe" (qui rivalisent déjà presque avec notre 14 juillet!), on n'a encore rien vu...

Le programme de notre week-end n'est encore pas très clair, mais au menu figureront au moins: une procession hors norme, un repas de fête partagé avec une famille de Belém, du bruit et du monde pour arroser le tout. Y a plus qu'à!
Repost 0
Published by Laure & Pierre - dans Le Brésil en fêtes
commenter cet article